Atouts et Faiblesses du secteur Textile | Ahmed El Fehdi

Ces dernières années, le secteur Textile a connu de nombreuses mutations. Il est donc primordial de s’interroger sur les forces et les faiblesses du secteur, ainsi que sur sa prédisposition à affronter les défis actuels et futurs.

En vue de situer le secteur dans l’économie marocaine, il serait intéressant d’évaluer ses principales caractéristiques et de présenter une esquisse de ses principaux atouts.

De prime abord, le Maroc profite de sa proximité géographique de l’Europe qui lui permet de tisser des liens denses de communication et d’échange d’expériences avec des sociétés étrangères ayant accumulé de longues années de savoir-faire et de professionnalisme.

Sur un autre lieu, l’appartenance du Maroc à la Zone MENA lui permet de se positionner en tant qu’un carrefour d’échange des compétences avec les pays voisins.

Les investisseurs dans le secteur Textile au Maroc, jouissent également de la disponibilité d’une main d’œuvre qualifiée, pouvant travailler dans plusieurs langues et garantissant aux industries un capital humain habile, souple et peu coûteux par rapport aux autres pays.

Nonobstant ces points forts du secteur résolument ouvert vers l’international de nombreuses faiblesses sont à relever. En effet, la majorité des entreprises de textile au Maroc n’adoptent pas des systèmes de gestion satisfaisante des produits délivrés. De même, le secteur souffre d’un manque d’équipements industriels développés permettant de réduire les délais de production et de délivrer des produits de qualité.

Diversification des débouchés :

Les exportations marocaines demeurent concentrées sur les marchés européens. Les investisseurs marocains s’intéressent à diversifier leurs débouchés. M. Boubker EL FEHDI, un entrepreneur dans le secteur Textile, cherche à orienter ses produits vers de nouveaux segments. M. Boubker EL FEHDI affirme que malgré la complémentarité manifeste des intérêts de ses sociétés avec l’Europe et plus précisément avec la France, l’attention pourrait être accordée aux pays asiatiques afin d’assurer une croissance soutenue des exportations sur les cinq années à venir.